MANUSCRITS INEDITS DE REBBI ITSHAK GAGOU SEROR DE GABES

Le CENTRE FRANÇAIS DU JUDAISME TUNISIEN est heureux de vous annoncer qu’il vient de remporter lors d’une vente aux enchères un manuscrit original de Rabbi Yitshak Gagou SEROR zal (1), rabbin à Gabès au début du XXème siècle.

On trouve dans ce manuscrit de 78 pages écrit en caractères maalaq, des notes, projets de lettres, piyoutim et études talmudiques, dont une grande partie écrite en judéo-arabe.

Rabbi Yitshak Gagou SEROR zal était un très grand sage et fin grammairien qui était consulté par de nombreux rabbins de Tunisie et de l’étranger pour ses connaissance approfondies en grammaire hébraïque.

Cette enchère a été remportée de haute lutte au prix de 2.500 € en partenariat avec l’un de ses arrières petit fils, le Dr Gérard MIMOUN qui a contribué généreusement à une partie du financement de cette enchère âprement disputée.

Nous espérons pouvoir compter sur votre aide pour financer le reliquat de cette acquisition, puis dans un deuxième temps de nous aider à financer les travaux de traduction et de retranscription en caractères d’imprimerie pour éditer ce manuscrit inédit qui complètera notre bibliothèque lorsque nous lancerons une souscription. Notre bibliothèque sera livrée en janvier 2021!

Ce qui est inouï, c’est que l’on trouve encore des manuscrits inédits. Parlez en autour de vous, interrogez vos anciens. Il est urgent de les sauvegarder, de les conserver dans des conditions permettant d’éviter leur detérioration, de les numériser pour sauvegarder ce patrimoine, et les éditer pour diffuser cet immense savoir.
———‐—————————————–

(1) Rebbi Yts’hak Gagou Seror était un grand grammairien et poète originaire de Gabès. Il a notamment ponctué, corrigé et commenté le livre de piyoutim djerbien kol ya’akov. Son commentaire sur ce livre est connu sous le titre tseror hamor. On trouve dans ce livre plusieurs poésies dont il est l auteur.

Au début du livre ‘hag hapessa’h de Rebbi Moché Idan, il y a deux kinot dont il est l’auteur, écrites en 1894, date de décès de Rebbi Moché Idan. Une d’entre elle a été recopiée sur sa tombe. Dans l’introduction de ce livre, Rebbi Yts’hak Gagou Seror exprime sa « douleur » car l’étude de la grammaire et de la langue sainte étaient délaissées.

Dans l introduction du livre kol ya’akov, il est mentionné qu’il était un spécialiste en grammaire, calendrier hébraïque, tana’h, gmemara et autres.

Le Grand Rabbin de France de l’époque, le Grand Rabbin Zadoc Kahn zal, à qui il avait envoyé une poésie qu’il avait composée pour sa nomination en qualité de Grand Rabbin de France en 1889) a écrit qu’il n’avait pas vu de poésie aussi élaborée depuis celles du grand poète Rebbi Yehouda Halevi,.

Il était un des dayanim au tribunal rabbinique de Gabès. On trouve sa signature dans le livre ohev michpat de Rebbi Fragi allouch avec Rebbi ‘Haim ‘Houri et Rebbi Mikhael Alouch.

Il avait une fille et un fils du nom de Lalou.

Il décède le 12 adar 5694 [1934 ou 1935]

Il est mentionné dans plusieurs ouvrages de rabbins tunisiens et il existe de nombreuses correspondances qu’il eut avec Rebbi Moché Khalfon Hacohen, qui l’interrogeait notamment sur des questions d’ordre grammatical.

Categories: Événements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.