1) LE FLASH PARACHA D’ARYÉ BELLITY

2) HAZANOUT : LE RICHONE DE TAZRIA PAR ALAIN ELIAHOU UZAN & LE MAFTIR DE METSORA PAR SALOMON « MOUMOU » BELLAICHE

3) OFFICES DE CHABBAT

TAZRI’A – LE MÉRITE D’UNE PLAIDOIRIE

« S’il se forme sur la peau d’un homme une tumeur, ou une dartre ou une tache, pouvant dégénérer sur cette peau en affection lépreuse, il sera présenté à Aharôn le pontife ou à un de ses fils pontifes » (Lévitique 13-2)

Durant le voyage des Hébreux dans le désert du Sinaï, lorsqu’une personne contractait la lèpre, elle devait se rendre chez Aharôn ou chez l’un de ses fils, ainsi qu’il est dit dans le verset : « il sera présenté à Aharôn le pontife ou à un de ses fils pontifes ». Seul un Cohen avait le pouvoir de décider si cette personne était pure ou impure, ou encore si elle devait être isolée de la communauté afin que l’on puisse surveiller l’évolution de son infection.

Dans son livre Naḥalât Ṣevi, Rebbi Ṣevi Fennech¹ chelita, relève à partir d’un enseignement mishnaïque (Ta’anit 15a), qu’à l’occasion des jeûnes publics, un ancien ou un sage adressait des remontrances au peuple, l’amenant ainsi à se repentir. On peut alors se demander pourquoi, de la même façon, un sage ou une personne qualifiée, ne pouvait pas avoir la charge de statuer pour la lèpre, puisqu’il suffisait dans ce cas-là d’une simple auscultation ? Pourquoi la Thora attribue-t-elle l’exclusivité de cette fonction aux pontifes ?

La réponse proposée par Rebbi Ṣevi consiste à souligner le fait qu’Aharôn fut le premier homme dans l’histoire, à avoir fait preuve d’humilité en s’inculpant d’une grave erreur commise en réalité par les enfants d’Israël. Pour n’avoir pas imputé cette faute au peuple juif, lui épargnant ainsi un blâme largement mérité, Dieu l’honora en lui réservant, ainsi qu’à sa descendance, le mérite exclusif de s’occuper des cas de lèpre provenant de l’orgueil et de la médisance.

En effet, lorsque Moché descendit du mont-Sinaï et constata l’effroyable abomination du veau d’or réalisé par le peuple, il demanda à son frère Aharôn : « Que t’avait fait ce peuple, pour que tu l’aies induit à une telle prévarication ? » (Genèse 32-21). Cependant, plutôt que de raconter les faits tels qu’ils s’étaient produits, Aharôn négligea volontairement de mentionner que le peuple l’aurait assassiné (comme ce fut le cas de son neveu Ḥour) s’il s’était opposé à leur projet d’idolâtrie. Et alors qu’il aurait pu se disculper de l’accusation portée contre lui et remettre l’entière responsabilité du méfait sur les enfants d’Israël, Aharôn préféra endosser une partie du blâme afin d’amoindrir les charges qui pesaient contre le peuple. Empli d’humilité et de culpabilité, il tenta de calmer le courroux de son frère en ces termes : « Que mon seigneur ne se courrouce point ; toi-même tu sais combien ce peuple est prompt au mal. Ils m’ont dit : ‘Fabrique-nous un dieu qui marche à notre tête, puisque celui-ci, Moché, l’homme qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons ce qu’il est devenu.’ Je leur ai répondu : ‘Qui a de l’or ?’ et ils s’en sont dépouillés et me l’ont livré ; je l’ai jeté au feu et ce veau en est sorti » (ibid. 22,23,24).

Par sa dévotion au peuple, Aharôn, véritable symbole d’amour pour la paix (Avôt 1,12), fit le choix de taire le mal qu’avaient commis les enfants d’Israël, au prix de son propre honneur. En contrepartie, Dieu le récompensa en accordant aux seuls pontifes, le privilège et le mérite de réparer un mal perpétré par la médisance. Si le fait de défendre l’autre au risque de s’inculper soi-même peut sembler préjudiciable, la leçon que traduit ce message est sans équivoque : plaider en faveur d’autrui est synonyme de bénéfice éternel.

Aryé Bellity

_________________________

¹ Rebbi Ṣevi Fennech est né dans les années cinquante à Ben Gardane, au Sud-Est de la Tunisie. Accompagné de son père, il rejoint la capitale à l’âge de neuf ans, pour y étudier à la Yéshiva Loubavitch ‘Ohalé Yossef Yiṣḥak’ fondée quelques années auparavant par le Rav Nissan Pinson. Là, il suit les cours de Rebbi Meir Mazouz pendant sept ans, jusqu’au départ de ce dernier pour Israel, après l’assassinat de son père Rebbi Maṣliyaḥ Mazouz, en 1971. Durant les dix années suivantes, Rebbi Ṣevi enseigne l’hébreu à l’école du Rav Pinson à Tunis. En 1978, il est choisi parmi les meilleurs enseignants de différents pays et participe à un séminaire d’un mois à Jérusalem, à la suite duquel il revient à Tunis avec le projet de s’installer en Israël. Toutefois, une opportunité financière s’offre à lui en France, il quitte alors la Tunisie pour habiter à Toulon. Il participe activement au développement spirituel de cette communauté et il fonde, au début des années 90, la synagogue ‘Atérét Ṣevi Yismaḥ Avraham’, qui accueille, grâce à son ‘Talmoud Thora’, de plus d’une centaine d’enfants. Il est l’auteur des œuvres Naḥalât Ṣevi (5 vol.) sur la Thora et Ṣevi Yéroushalaïm sur la Haggada de Péssaḥ.

______________________________________________________________________________

🎼 HAZANOUT 🎼

Le richone de TAZRIA par Alain-Eliahou UZAN

Le maftir de METSORA par Salomon Moumou BELLAÏCHE

______________________________________________________________________________

3) REPRISE DE NOS OFFICES DE CHABBAT

🕍 OFFICES🕍

ESPACE SAINT PIERRE
121 AV. ACHILLE PERETTI
(10 mn à pied de l’hôtel)

SAMEDI 17 AVRIL 2021
Debut office : 9h00

Jusqu’à la réouverture de l’hôtel Crowne Plaza, nous prierons tous les samedi matins à l Espace Saint-Pierre.

Lieu central au coeur de Neuilly, presque en face de la Mairie, à seulement 10mn à pied de l’hôtel en prenant le bd d’Inkermann.

-Liturgie tunisienne
-Sim’ha
-offices d’exception, ferveur, calme et concentration

Très grande salle
Respect des distanciations.

Port du masque obligatoire sur la bouche ET le nez

Soyez bien à l’heure pour avoir tout de suite minyian et sortit tôt.

NOUS VOUS Y ATTENDONS NOMBREUX POUR SE RETROUVER ET CONTINUER À SOUTENIR L’ACTION DU CFJT

Chabbat chalom !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.